L'écologie industrielle et territoriale, une question de synergies | RFEIT / Rencontres Francophones de l’Ecologie Industrielle et Territoriale

L'écologie industrielle et territoriale, une question de synergies

Des synergies, toujours des synergies, rien que des synergies

L’écologie industrielle et territoriale s’inspire du fonctionnement cyclique des écosystèmes naturels pour le fonctionnement de nos systèmes anthropiques. Dit autrement, cela signifie qu’elle encourage le plus systématiquement possible, des relations intelligentes de mutualisation et d’échange entre les éléments du système : les synergies. Il peut s’agir d’utiliser les « déchets » de l’un comme matière pour un autre ou de partager des équipements ou infrastructures, par exemple.

Dans tous les cas, et sur un territoire donné, comme son nom l’indique, il est question de rechercher, identifier et mettre en œuvre ces synergies inter-entreprises. Pour cela, deux approches se distinguent et se complètent.

 

L’approche par le métabolisme

Cette approche est la plus ancienne, également la plus mature. Elle consiste à étudier un territoire donné en comptabilisant les flux de matières et d’énergie à la fois nécessaires et consécutifs à son fonctionnement. En résumé, sera regardé tout ce qui entre sur le territoire, ce qui y est stocké et ce qui en sort. Ce travail peut être réalisé à l’échelle d’une Région (démarche conduite par Alterre Bourgogne, par exemple) sur plusieurs intercommunalités (démarche conduite dans l’Estuaire de la Seine), ou sur des zones d’activités ou zones portuaires ciblées. Ainsi réalisée, cette cartographie des flux permet de repérer des correspondances possibles entre les gisements disponibles et les ressources nécessaires et utilisées.

On le comprend, cette approche peut-être relativement exigeante en ressources et notamment parce qu’elle implique une collecte de données la plus exhaustive possible pour avoir une vision précise du fonctionnement du territoire étudié. Des outils, notamment logiciels et bases de données, peuvent être utilisées en support pour faciliter ce travail. En tout état de cause, le métabolisme est un outil qui permet d’améliorer la connaissance physique d’un territoire et de correctement pondérer les enjeux. C’est un excellent outil d’aide à la décision puisqu’il permet de sortir des intuitions et hiérarchiser les actions prioritaires sur la base de données chiffrées.

 

L’approche par les besoins

Cette approche est plus récente en France et s’inspire notamment de démarches existantes comme le NISP au Royaume-Uni[1]. Il s’agit cette fois de mettre en relation les responsables d’activités d’un territoire donné et de faire émerger à la fois les ressources disponibles et les besoins. L’approche est davantage opportuniste, dans le bon sens du terme, puisqu’elle vise à identifier rapidement des synergies potentielles entre activités économiques. Une expérimentation française est en ce moment en cours sur le territoire grenoblois pour tester une méthodologie facilitant la duplication sur d’autres territoires.

Cette approche est moins complète que la précédente en terme de construction de la connaissance mais présente l’avantage d’être extrêmement pragmatique pour aller le plus rapidement possible sur de la mise en œuvre de synergies potentielles. Au départ, elle relève plus d’un travail d’animation que d’ingénierie et doit être suivie, comme pour l’approche de métabolisme, d’études de faisabilité afin de préparer au mieux la mise en œuvre. Dans ce dispositif, les entreprises se rencontrent, apprennent à se connaître et comprennent rapidement l’intérêt qu’elles peuvent trouver à participer à ces approches collaboratives que sont les démarches d’écologie industrielle et territoriale.

On le voit bien, ces deux approches ne poursuivent pas les mêmes objectifs, n’utilisent pas les mêmes outils et sont ainsi complémentaires. A chaque territoire et porteur de projet de déterminer laquelle adopter et dans quel ordre, pour répondre à ses propres besoins.



[1] Peter Laybourn participe aux Rencontres Francophones et présentera plus avant le fonctionnement et les intérêts de ce programme.